A la une

Banner Ads Top

Mag N° 46 : Alzheimer, enjeu méditerranéen Dossiers

L’Association Monégasque pour la recherche sur la Maladie d’Alzheimer (AMPA) publie le premier rapport spécifiquement dédié à la maladie d’Alzheimer et aux maladies apparentées en Méditerranée et lance la Mediterranean Alzheimer Alliance, seul réseau méditerranéen d’experts sur la maladie d’Alzheimer composé de scientifiques, d’associations de familles et de professionnels de terrain de 17 pays.

Ce rapport a vocation à faire l’état des lieux des besoins relatifs à cette maladie et à analyser les enjeux médicaux et sociétaux émergents dans cette région. Il propose également des recommandations à l’échelle méditerranéenne afin d’anticiper les réponses à apporter sur ce territoire pour un meilleur accompagnement et une prise en charge de qualité.

« Les problématiques liées à la maladie d’Alzheimer demeurent dans beaucoup de pays de la Méditerranée encore sous évaluées. Ce constat induira dans les prochaines années des conséquences humaines, sanitaires et sociales dramatiques. Les études internationales ont montré que dans les vingt prochaines années, le nombre de personnes touchées va augmenter de manière alarmante. Face à l’ampleur que va représenter la maladie d’Alzheimer dans ces pays, notre proximité et nos liens privilégiés doivent nous encourager à collaborer tous ensemble et s’assurer que la lutte contre cette maladie devienne une priorité de santé publique dans cette région. J’émets le vœu que ce premier rapport puisse être une contribution utile pour éclairer les décideurs politiques et les acteurs concernés afin d’anticiper les enjeux à venir en Méditerranée », commente Catherine Pastor, présidente de l’AMPA.

11 enjeux majeurs

Le rapport Alzheimer et Méditerranée met en évidence 11 enjeux majeurs :

• Une augmentation alarmante du nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de maladies apparentées en Méditerranée

• Une maladie qui n’est toujours pas reconnue comme une priorité de santé publique dans la majorité des pays méditerranéens

• Un impact financier considérable difficile à évaluer en Méditerranée

• Un diagnostic encore trop tardif dans les pays mé- diterranéens  Des solidarités familiales fortes en Méditerranée mais qui se fragilisent

• Une offre de services et de prises en charge inadaptées

• Un manque de spécialisation des professionnels

• Une inégalité d’accès aux traitements médicamenteux et non-médicamenteux

• Une recherche spécifique à la maladie d’Alzheimer insuffisamment développée • Une perception encore négative, une méconnaissance de la maladie qui persiste

• Des garde-fous juridiques et une réflexion éthique à déployer A l’occasion de la Journée Mondiale Alzheimer 2016, l’AMPA a lancé la Mediterranean Alzheimer Alliance. Celle-ci regroupe des professionnels, des scientifiques et des associations issus des pays suivants : Algérie, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, France, Grèce, Italie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Portugal, Slovénie, Tunisie et Turquie (Algérie, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, France, Grèce, Italie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Portugal, Slovénie, Tunisie et Turquie). Dans ce contexte, la Mediterranean Alzheimer Alliance appelle chaque pays méditerranéen, notamment :

• À reconnaître la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées comme une priorité de santé publique

• À mettre en place une stratégie ou plan Alzheimer national(e) adapté(e) aux besoins des personnes malades et de leurs familles, avec des financements pérennes et spécifiques

• À promouvoir un diagnostic précoce des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de maladies apparentées

• À développer et diversifier l’offre de services de diagnostic, de prise en charge et d’accompagnement sur l’ensemble des territoires nationaux

• À former les professionnels des secteurs médical, médico-social et social aux spécificités de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées

• À assurer un égal accès aux traitements sur l’intégralité du territoire national et à promouvoir le développement d’interventions psychosociales standardisées et évaluables

• À davantage de collaborations académiques et scientifiques en Méditerranée et à mener des actions de recherche spécifiques sur la prévention de la maladie d’Alzheimer

• À reconnaître des droits spécifiques aux aidants familiaux et à promouvoir des campagnes de sensibilisation grand public sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées.