A la une

Des salariés en insertion pour prêter main forte dans les Ehpad : premier bilan 360°, L'actualité de la semaine

Pour répondre au manque d’effectifs dans les Ehpad et les résidences pour personnes handicapées, le Gouvernement a facilité la mise à disposition des personnels en insertion des Associations Intermédiaires (AI) auprès de ces établissements. Le 6 mai dernier, la ministre déléguée chargée de l’Insertion Brigitte Klinkert a dressé un premier bilan de cette solution : près de 130 000 heures ont ainsi été utilisées.

Les Associations Intermédiaires (AI) font partie des structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) conventionnées par l’État. Elles accompagnent vers un emploi durable les personnes qui rencontrent des difficultés d’insertion professionnelle et sociale, à savoir les jeunes de moins de 26 ans en grande difficulté, les bénéficiaires de minima sociaux, les demandeurs d’emploi de longue durée, les travailleurs reconnus handicapés, etc. Les AI se chargent de les recruter puis de les mettre à disposition d’entreprises, d’associations, de collectivités locales ou de particuliers dans le cadre d’un contrat spécifique, notamment dans le domaine de l’aide à domicile et à la personne.

Pour encourager la collaboration des AI avec les Ehpad, les ministres Brigitte Klinkert et Brigitte Bourguignon ont mis en place un soutien financier exceptionnel. Depuis le 1er décembre 2020 et jusqu’au 30 juin 2021, une bonification de 1,5 € supplémentaire s’applique à chaque heure de mise à disposition effectuée par une AI en Ehpad. Elle s’ajoute à l’aide au poste allouée par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Les salariés de ces structures d’insertion sont ainsi amenés à intervenir sur des activités non médicales de nettoyage et d’entretien des locaux, de restauration, d’entretien du linge ou des espaces verts, d’accueil… Ils proposent également des services de conciergerie pour aider les personnels des Ehpad à gérer leur vie quotidienne dans cette période chargée (blanchisserie, courses, ménage à domicile, etc.).

Ce partenariat vise ainsi, au-delà de la crise sanitaire, à répondre durablement aux besoins de main-d’œuvre du secteur, par exemple par des actions de validation des acquis de l’expérience (VAE).

Regarder le message vidéo de Brigitte Klinkert

Laisser un commentaire

16 − huit =