A la une

Intégration des personnes âgées : qu’en pensent les Français ? Non classé

intégration des personnes âgées

Le premier « baromètre du vieillissement actif », réalisé par Odoxa pour le groupe Orpéa, interroge les Français sur l’intégration des personnes âgées et les solidarités intergénérationnelles. Il présente notamment l’intérêt de comparer l’avis de l’ensemble des Français à celui des résidents d’Ehpad.

Pour l’ensemble des Français comme pour les résidents d’Ehpad, plus on est âgé, moins on est intégré dans la société. En effet, 85 % d’entre eux (86 % pour les résidents d’Ehpad) considèrent que les 60-69 ans sont bien intégrés, mais ils sont seulement 48 % (50 % pour les résidents d’Ehpad) à le penser concernant les plus de 80 ans.

Ce constat est partagé par les habitants des autres pays européens, qui sont même plus pessimistes que les Français. En effet, 75 % des Européens estiment que les 60-69 ans sont bien intégrés, un pourcentage qui descend à 39 % pour les plus de 80 ans. L’Espagne affiche des taux parmi les plus bas (soit 71 et 32 %), comme l’Allemagne (69 et 33 %).

Selon l’ensemble des Français, le domaine dans lequel les personnes âgées sont le mieux prises en considération par la société est « la vie de famille » (68 %). Pour les résidents d’Ehpad, ce domaine n’est classé qu’en 2e position mais atteint 76 %. Ceux-ci placent en premier « l’accès à la santé et aux soins » (82 %), un domaine mentionné par 67 % de l’ensemble des Français. Les domaines qui arrivent en fin de liste sont « l’activité économique » (32 % de l’ensemble des français, 34 % des résidents d’Ehpad) et « la représentation dans les médias » (31 % de chacun des deux groupes).

Le sondage révèle aussi une perception différente de la solidarité entre les générations. En effet, 76 % des résidents d’Ehpad ont le sentiment qu’elle fonctionne bien, contre seulement 51 % de l’ensemble des Français. Et plus ils sont âgés, plus les résidents d’Ehpad voient de façon positive la solidarité entre générations : de 70 % chez les moins de 80 ans, le pourcentage passe à 78 % chez les 80-89 ans. À l’échelle de l’Europe, ces pourcentages s’échelonnent de 42 % en Italie à 71 % en Autriche.

Consulter le « baromètre du vieillissement actif »

Laisser un commentaire

2 × 4 =