A la une

La prime Covid pour les soignants se précise L'actualité de la semaine

prime

Comme annoncé par le Gouvernement pendant le confinement, une prime exceptionnelle va être versée aux agents des établissements et services sociaux et médico-sociaux des trois versants de la fonction publique tels que les EHPAD.  Le décret du 12 juin 2020 en fixe les conditions d’attribution.

Cette prime vise à reconnaître le dévouement et le professionnalisme des professionnels médico-sociaux qui ont permis de faire face à la crise sanitaire entre le 1er mars et le 30 avril 2020. Deux montants se distinguent :

  • Dans les 40 départements les plus touchés par l’épidémie, la prime est de 1500 €.
  • Dans les 61 autres départements, elle est de 1000 €.

Ces montants peuvent être réduits de moitié en cas d’absence d’au moins 15 jours calendaires pendant la période concernée. Si l’agent a été absent pendant plus de 30 jours calendaires, la prime n’est pas versée. Ne sont pas prises en compte les absences pour les motifs suivants :

  • Congé de maladie, accident de travail, maladie professionnelle, « dès lors que ces trois motifs bénéficient d’une présomption d’imputabilité au virus Covid-19 » ;
  • Congés annuels et congés au titre de la réduction du temps de travail.

Dans tous les cas, la prime n’est ni imposable, ni soumise à prélèvements sociaux.

Mais les conditions d’attribution de cette prime exceptionnelle ne font pas l’unanimité.

Ainsi, la CFDT Santé-Sociaux dénonce des « ruptures d’égalité […] entre titulaires et contractuels, entre personnel des centres hospitaliers, des Ehpad et des administrations médico-sociales, ainsi qu’entre zones géographiques, et entre personnels d’un même établissement ». Le syndicat demande donc l’annulation des décrets liés à cette mesure et la création d’une « prime unique et universelle pour tous les salariés […] strictement égalitaire » d’un montant de 1500 €. Il a saisi le Conseil d’État.

Aussi, les fédérations de l’emploi à domicile souhaitent que l’État étende cette prime aux services d’aide et d’accompagnement à domicile et la prenne en charge, au lieu de la laisser aux collectivités locales comme c’est le cas pour l’instant.

Consulter le décret du 12 juin 2020 

Laisser un commentaire

16 − 12 =