A la une

Maltraitance des personnes âgées : la hausse des alertes s’accélère Au quotidien

maltraitance personnes âgées

À l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, la Fédération 3977 contre les maltraitances a encore une fois exprimé son inquiétude. En effet la hausse des alertes provenant de résidents d’établissements médico-sociaux se poursuit. Au cours du premier semestre 2022, la plateforme nationale d’écoute a reçu davantage d’appels qu’à la même période de l’année 2021.

Des chiffres toujours en hausse

Le bilan du premier semestre 2021 était déjà alarmant. En effet la Fédération 3977 avait signalé une augmentation de 28 % du nombre d’alertes par rapport à la même période de l’année précédente.

Cette tendance se poursuit et s’accélère en 2022. On comptabilise en effet 2424 alertes au premier semestre, soit une hausse de 40 %.

Comment expliquer cette hausse de la maltraitance ?

Selon la Fédération 3977, cette évolution serait une « contrepartie bénéfique » du scandale Orpéa. En effet, celui-ci « a libéré la parole des témoins de ces maltraitances, et un flux massif et inédit d’alertes issues des établissements médicosociaux a été enregistré ».

Au-delà du scandale, la Fédération pointe les causes de la maltraitance des personnes âgées : « des effectifs insuffisants, une formation embryonnaire voire inexistante, une organisation ou un management défaillant des équipes, ou encore des directives inappropriées ».

Comment lutter contre ces maltraitances ?

« L’attraction, le recrutement et la formation de nouveaux professionnels, lorsqu’ils seront décidés, demanderont des années avant d’observer les effets de ces mesures sur les résidents de ces établissements. »

C’est pourquoi, en attendant, la Fédération 3977 « recommande la mise en place et l’animation, dans chaque équipe, d’un dispositif de gestion des risques de maltraitances ».

Il s’agit, pour chacun des professionnels des établissements d’accueil de personnes âgées, de « pouvoir trouver dans l’organisation de son travail un temps d’échange en équipe pour confronter ses impressions sur la situation de certains résidents, et détecter ainsi d’éventuelles maltraitances débutantes, analyser les causes immédiates et plus structurelles de ces situations, et prendre à court terme des mesures pour prévenir les récidives ».

La Fédération annonce aussi qu’elle « organisera le 8 novembre 2022 à Paris un colloque consacré aux maltraitances d’origine institutionnelle et à leur prévention ».

Laisser un commentaire

3 × 5 =