A la une

Un programme pilote sur les effets de la marche rapide en EHPAD 360°

MARCHE RAPIDE EN EHPAD

La Mutualité Française Loire SSAM lance dans ses Ehpad un projet de recherche intitulé « Marche rapide en EHPAD »*. Objectif : évaluer l’impact d’une « marche vigoureuse » sur la santé des résidents. « Le système nerveux autonome est responsable du maintien des constantes physiologiques de l’organisme, telle que la fréquence cardiaque et la tension artérielle. 

Avec le vieillissement, la baisse de son activité coïncide avec la survenue des accidents cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) l’augmentation des comorbidités (maladies cardiaques, pulmonaires,
articulaires ou neurologiques), et la perte progressive d’autonomie. Pour prévenir cette baisse, l’activité physique joue un rôle prépondérant, mais reste encore trop peu pratiquée dans les Ehpad », déplore la Mutualité Française Loire SSAM. Concrètement, 150 résidents volontaires vivant dans dix Ehpad de la Mutualité Loire SSAM s’entraineront, pendant neuf mois, sous l’égide d’un enseignant en activité physique adaptée. Et, ce, à raison de 1 à 3 séances de marche hebdomadaires. Les participants passeront des évaluations physiques et cognitives tous les 3 mois auprès de professionnels de santé (médecins, neuropsy
chologues) afin de mesurer les bénéfices de l’activité physique. « Un gain de santé, une amélioration de la qualité de vie et une diminution du risque de mortalité sont les principaux bienfaits escomptés de cette étude », précise la Mutualité. * Cette étude est menée dans le cadre du Gérontopôle Régional de Saint Etienne, avec le soutien de la Fondation Bennetot et l’association Aire, et en partenariat avec l’équipe d’accueil du système nerveux autonome de l’Université Jean Monnet de Saint Etienne et le service de physiologie clinique et de l’exercice du CHU de Saint Etienne.

Laisser un commentaire

six − un =