A la une

Banner Ads Top

Questionnaire pour Mme Katherine Gardella, chargé de Mission pour asshumevie et son Label Humanitude Coeur de métier, Prise en charge, Relation résidents, Santé et sécurité

Mme Katherine Gardella, anciennement cadre supérieur de santé, actuellement chargé de Mission pour asshumevie association qui a crée et délivre le Label Humanitude et visiteurs expert évaluateur pour l’attribution du Label Humanitude

Dans quelle situation décider d’une mise en contention d’un résident en EHPAD ? Qui sont concernés par cette mesure ?

La pose d’une contention doit rester exceptionnelle, provisoire, prescrite et avoir un plan de surveillance et un plan de compensation.
Tous les professionnels sont concernés car la décision doit être prise en équipe pluridisciplinaire
La contention exceptionnelle peut être prescrite s’il y a un risque pour la personne à contentionner ex : si la personne se met en danger
– risque d’arracher des dispositifs perfusions, transfusions etc. ou risque de s’arracher un pansement, un plâtre etc.
– risque de se blesser, risque de partir s’il y a un danger proche
– si la personne risque de mettre en danger l’entourage
Mais avant de prescrire une contention il faut avoir la certitude que toutes les alternatives aient été envisagées et avoir fait la balance bénéfices/risques car les risques sont importants.
Voir étude de l’AFSSAPS sur les dangers des barrières, demi-barrières, etc.

La mise en place d’une contention est une décision médicale. Dans les faits, à qui revient cette décision : au médecin coordonnateur, au personnel soignant ou à l’équipe pluridisciplinaire ?

La décision ne peut en aucun cas être prise par une seule personne, il faut une décision pluridisciplinaire et assurer la traçabilité de la réflexion en notant les membres présents dans le dossier de la personne et, dans les cas, son utilisation doit être réévaluée toutes les 24 H pour juger de son maintien ou non avec bien entendu une surveillance de l’effet de la contention sur la personne.
Voir les recommandations de bonnes pratiques.

Est-ce que pour vous la contention peut être éthique ?

Pas du tout, cela va à l’encontre de la liberté d’aller et venir et pour moi devrait être interdite.
De nombreux établissements labellisés l’ont supprimé complètement en utilisant des alternatives : lits larges, positionnements avec coussins, accompagnement individualisé, pour prévenir, anticiper et éviter de la mettre en place.

Quelles sont les stratégies alternatives à la contention ? Comment les mettre en place ?

Pour définir les stratégies il faut tout d’abord faire un état des lieux.
Pour quelle raison a-t-on pensé mettre une contention ?
Si agitation faire une recherche holistique de tout ce qui peut causer cette agitation (clinique, biologique, iatrogène, mais aussi relationnelle, environnementale, contextuelle, analyse des besoins : boire, manger, éliminer, dormir, être en relation, des problèmes cutanés, douleurs, installation, peurs, angoisses, incompréhension de la situation, etc.)
Toujours réfléchir à plusieurs, les soignants de proximité savent observer et faire des liens pour trouver des solutions et faire preuve d’inventivité.

 

En savoir plus : Contention et liberté d’aller et venir en établissement

Laisser un commentaire

trois × deux =