A la une

Recours à l’intérim : en cas d’urgence et plus si affinités Partenaires RH

Souvent appelées en urgence, les sociétés de travail temporaire cherchent à adapter leurs réponses aux besoins sans cesse en évolution des Ehpad.

Les Ehpad représentent entre un tiers et 40 % de l’activité des sociétés de travail temporaire spécialisées dans le secteur médical et paramédical. Ces entreprises se font donc un devoir de rencontrer les établissements et d’en cerner les besoins spécifiques. Elles en ont bien saisi l’intérêt. « Travailler en Ehpad implique d’aimer cet environnement et d’avoir la passion des personnes âgées car ce sont plus des métiers d’accompagnement que de soins techniques. Or, ce sont des qualités rares. Dès que je repère un intérimaire qui présente ce profil, je m’engage à le proposer à tous les Ehpad de la région pour le maintenir en emploi et le fidéliser », assure Gilles Mocque, directeur commercial de Taga médical. « Nous recrutons tout au long de l’année, lors des salons, par annonces ou encore grâce au bouche-à-oreille. Nous privilégions la formation et le suivi de notre personnel », confie Nathalie Bertier, cofondatrice d’AMI médical en Île-de-France. « Notre importante base de données permet de répondre aux besoins dans l’heure qui suit et nous assurons une permanence téléphonique vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Pour faciliter la prise de poste, nous rappelons aussi la dernière personne à avoir assuré une mission dans l’Ehpad. Enfin, nous offrons à nos intérimaires beaucoup de formations sur le regard, le toucher ou l’écoute afin de bien prendre en compte les besoins et la dignité des personnes âgées », détaille Françoise Lesage, directrice commerciale d’Adecco médical. Même souci de formation des intérimaires chez Appel médical : « Tous les ans, nous formons quinze aides-soignantes d’une région sur la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, la bienveillance dans les soins, le rôle d’une aide-soignante en maison de retraite, la prévention des troubles muscularo-squelettiques etc. », confirme Christophe Bougeard, directeur-général d’Appel médical et de JBM (IDF), deux réseaux du groupe Randstad.

De l’intérim pur aux partenariats RH

En matière de missions de très courtes durées, les Ehpad ont le choix entre l’intérim, qui est une solution clés en main car la société de travail temporaire demeure l’employeur du salarié qu’elle rémunère directement, et la vacation pour lequel l’Ehpad rédige un contrat et règle directement le salarié. Dans le premier cas, l’établissement paie la société délégataire tandis que dans le second, il lui verse des honoraires pour sa prestation de sélection et de présentation de l’employé.
Les sociétés développent également de nouveaux services : certaines enrichissent leur panel de CV avec des profils de médecins coordonnateurs, masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes ou ergothérapeutes. Adecco médical leur dédie ainsi une filiale spécifique, RH santé, tandis qu’Appel médical développe Appel médical search pour assurer le remplacement de médecins. Aile médicale va plus loin : « Nous formons des médecins généralistes qui souhaitent se réorienter en gériatrie pour nous adapter aux besoins des Ehpad », explique ainsi son directeur, Marc de Ternay.
Adecco médical développe en outre son expertise autour des postes de direction : « Nous avons mis en place un service de management de transition pour aider les établissements momentanément privés de direction à faire face au problème. Nous disposons d’un fichier d’une vingtaine de candidats en recherche de postes qui peuvent, si besoin est, faire face à la crise », assure Françoise Lesage. Déterminé à devenir un partenaire en ressources humaines davantage qu’un service d’intérim, Appel médical développe le in house. « Il s’agit de l’hébergement d’une antenne d’une de nos agences au sein de l’Ehpad pour l’aider à optimiser ses ressources et à gérer au mieux les CDI volants, les vacataires, les CDD et les intérimaires », précise Christophe Bougeard.

Stéphanie Marseille

 

À Marseille, l’Ehpad Saint-Barthélémy
ciblait les infirmières

Situé en pleine agglomération phocéenne (XIVe arrondissement), l’Ehpad Saint-Barthélémy accueille 246 résidents répartis entre patients en psychiatrie, patients atteints de maladies neuro-dégénératives et anciens SDF. Autant dire que les soins requièrent un intérêt certain pour le travail avec des personnes âgées présentant des problématiques particulières.
« Nous n’avons qu’exceptionnellement recours à l’intérim pour les postes d’aide-soignante car nous disposons d’un vivier important de remplaçantes, explique Olivier Quenette, le directeur. Pendant longtemps, nos besoins se sont donc concentrés sur les postes d’infirmière. En effet, tous les mois, le planning prévisionnel nous informait que nous allions faire face à une vacance concernant trois à cinq postes ».
Concrètement, deux de ces postes étaient couverts par des CDI mais quatre fonctionnaient grâce à des missions d’intérim renouvelées jusqu’à… vingt-et-un jours d’affilée. Olivier Quenette a donc pris l’habitude de travailler avec cinq agences d’intérim en dépit du coût. Ce recours à ces sociétés a cependant pris fin en décembre dernier suite à quatre embauches définitives.
« L’AP-HM nous a enjoints de réduire le recours aux missions d’intérim. Nous avons également profité de la fidélisation des intérimaires dont beaucoup se sont mis à rechercher des CDI fin 2012. » Satisfait, le directeur de l’Ehpad Saint-Barthélémy songe à présent à lancer une démarche de formation continue puisque ses effectifs infirmiers semblent stabilisés.

 

Mettez toutes les chances de votre côté

L’urgence est le coeur de métier des agences d’intérim. Mais réussir à l’anticiper peut constituer un avantage pour l’Ehpad qui a recours à leurs services. Voici quelques conseils :

1 – Analysez les mouvements du personnel dans vos plannings pour évaluer le nombre d’absences récurrentes sur un mois, poste par poste.

2 – Procédez à la même analyse pour les périodes les plus tendues de votre activité comme Noël et la période estivale.

3 – Tenez compte de la grande féminisation des métiers d’aide-soignant et d’infirmier ainsi que du nombre d’enfants de vos salariés. Ces derniers sont peut-être confrontés à des problèmes de modes de garde pendant les périodes de vacances. Certains Ehpad appellent les agences dès avril pour être certains de disposer de personnels de substitution pendant l’été.

4 – N’hésitez pas rencontrer les agences d’intérim en exposant en détail votre fonctionnement, votre politique en matière de ressources humaines, le profil de vos résidents, votre projet d’établissement et toutes les informations qui vous semblent utiles pour que les agences saisissent exactement vos besoins le jour où vous aurez besoin d’elles.

5 – Notez les particularités de chaque agence : certaines vous aideront à trouver plus facilement des aides-soignantes, d’autres seront plus efficaces pour recruter des profils atypiques en plein essor comme les médecins coordinateurs ou les ergothérapeutes.

6 – Tenez compte de votre situation géographique : plus votre établissement est isolé, plus grande peut être la difficulté pour les agences d’intérim de répondre à vos besoins dans l’instant. Mieux vaut donc anticiper les éventuelles pénuries.

Les profils les plus demandés

Selon les témoignages recueillis auprès des sociétés d’intérim par Ehpad magazine, les deux profils les plus demandés sont, sans surprise, les aides-soignantes et les infirmières. Elles reçoivent aussi régulièrement des demandes pour des médecins coordonnateurs, des orthophonistes, des ergothérapeutes, des gériatres, voire des directeurs d’Ehpad.

Laisser un commentaire

deux + seize =