A la une

Congrès LONGEVITY International : des débats et réflexions avec 118 experts présents pour relever le défi du Grand Age Au quotidien, Communiqué de presse

La 5ème édition du Congrès LONGEVITY, sous le Haut Patronage des Ministères de la Solidarité et de la Santé, de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, en partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine, a réuni plus de 900 participants connectés.

Elle a donné lieu à 24 conférences-débat sur la thématique du Grand Age, notamment sur des sujets cruciaux en cette période de crise sanitaire : l’isolement des personnes âgées et la nécessaire valorisation des métiers du Grand Age.

Elle a été l’occasion de mettre en lumière de nombreuses innovations mais aussi un retour collaboratif d’expériences, à même de favoriser le bien-vieillir aussi bien sur le territoire qu’au-delà de nos frontières.

De nombreux experts et acteurs des politiques des territoires, mais aussi de nombreux acteurs privés promoteurs de solutions, ont partagé leurs expériences, réflexions et innovations, pour relever le défi du Grand Age, au travers de 40 stands virtuels accessibles sur une plateforme d’e-évènement unique, mise en œuvre pour cette édition par idealCO, organisateur de ces journées.

Partenaire de cette journée, le Réseau Francophone Villes Amies des Aînés (RFVAA), a remis les 6èmes trophées de son concours.

Face à la crise sanitaire, un écosystème à repenser ?

La plénière d’ouverture a porté sur l’impact de la crise sanitaire sur l’environnement du Bien-Vieillir et sur la nécessité pour ce secteur de « se réinventer ». Madame Brigitte Bourguignon, Ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie a salué l’initiative d’avoir mobilisé de nombreux acteurs de la Silver économie.

Elle a souligné qu’ « au-delà de la crise sanitaire, il nous faudra repenser plus largement la place des personnes âgées dans notre société, … nous souhaitons tous une société de la longévité… Lutter contre l’isolement des personnes âgées, revaloriser les métiers du Grand Age, une meilleure reconnaissance de l’engagement des proches aidants, de nouvelles approches domiciliaires, le renouveau du modèle d’Ehpad ou encore le respect accru de la dignité et de la citoyenneté de nos aînés sont autant de champs, de chantiers prioritaires dans la construction de la politique de demain. Ces rencontres sont décisives pour mettre en lumière des initiatives innovantes qui améliorent la prise en charge de la perte d’autonomie ».

Cette mutation ne pourra se faire sans une coordination sur les territoires, une solidarité, un décloisonnement des services entre les établissements d’accueil des personnes âgées et le domicile et entre le médicosocial et le sanitaire.

Pour Alain Rousset, Président de la région Nouvelle Aquitaine, « le contexte sanitaire nous interroge aujourd’hui sur nos modèles qu’ils soient à la fois environnementaux, sociaux, culturels mais aussi technologiques et économiques. Il faut développer des outils qui nous permettront de prévenir et d’anticiper de nouvelles crises potentielles liées aux risques émergents… Il s’agit d’un combat pour la santé publique, une des compétences que nous souhaiterions assumer dans la république décentralisée, … tous les domaines, formation, logement, services doivent être réfléchis, raisonnés, à l’échelle d’une région ».

Luc Broussy, Président de France Silver Eco, constate que « le numérique peut être un puissant outil de lien social, plutôt qu’un facteur de déshumanisation… La question des territoires va être cruciale, un des axes directeurs de la loi Grand Age. La Silver économie va continuer à aider à développer des modèles en région, des silver régions, avec des modalités de gouvernance qui permettront aux acteurs de la silver économie de vivre à l’intérieur d’un écosystème régional qui se déploie ».

Michèle Delaunay, ancienne Ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie a souligné l’importance de « faire du secteur du Grand Age un secteur d’Excellence et de promotion sociale qui soit valorisé, salué… Le rôle des personnes âgées dans la société est essentiel non seulement pour elles-mêmes mais aussi pour les générations suivantes ».

Lutter contre l’isolement des personnes âgées : un enjeu crucial du bien vieillir à domicile

La crise sanitaire a renforcé le sentiment de solitude et l’isolement, qui, contraint, participe à la perte d’autonomie des personnes âgées. La prévention de la lutte contre l’isolement est avant tout une prévention de la perte d’autonomie. Cette table-ronde a été l’occasion de mettre en lumière quelques exemples réalisés sur les territoires.

La démarche Monalisa a été extrêmement facilitatrice pendant la crise du Covid. Mettre la question de la citoyenneté au cœur du dispositif est la vocation de Monalisa. C’est d’abord un assemblage territorial réussi, une coordination, une coopération liée au volontarisme des acteurs qui partagent des valeurs. La CNSA a créé une cellule isolement pour co-construire avec Monalisa une politique publique concernant la lutte contre l’isolement.

La crise sanitaire a aussi fait naître la précarisation des personnes âgées, dont le nombre a augmenté dans les centres d’hébergement et a vu émergé l’apparition de personnes âgées dans la rue. C’est face à ce constat que le Samu social de Paris a créé la mission Interface, dans l’objectif de lutter contre l’isolement des personnes âgées et de les diriger vers des structures plus adaptées que les centres d’hébergement.

Né au début de la crise sanitaire, « Croix Rouge chez vous » est un dispositif d’urgence avec un numéro national pour venir en aide aux personnes confinées, vulnérables et isolées. Il s’agit non seulement d’un dispositif de soutien psychologique effectué par des bénévoles formés, mais aussi des livreurs solidaires qui pouvaient répondre à ce besoin de maintien du lien social. Lutter contre l’isolement des personnes âgées, c’est aussi repérer les fragilités, un enjeu pour tous les acteurs citoyens.

L’isolement a mis en exergue pendant le confinement l’importance de la personnalisation du parcours d’accompagnement du public âgé. L’enjeu se situe dans la coordination des territoires, dans le décloisonnement, dans une meilleure visibilité de ce qui est proposé aux personnes âgées. Il reste de grands efforts à mener sur la rationalisation des guichets uniques, la lisibilité, l’accompagnement et l’accès à l’information aux personnes qui en sont le plus éloigné.

Valoriser les métiers : une priorité du secteur médico-social

Le défaut d’attractivité des métiers du Grand Age est lié à leur rémunération, aux conditions de travail, à la façon dont ils sont considérés par les autres et aux difficultés intrinsèques à ce travail. Peu de jeunes sont attirés par les métiers de ce secteur, il est important de les accompagner, de les former, de leur donner une appétence au métier et de les fidéliser. Il existe de nombreux leviers pour en garantir le succès, tels que la VAE, le tutorat, le CPF, … Il s’agit aussi de diversifier les moyens et les outils et de proposer un parcours de formation personnalisé.

Le Conseil régional de Nouvelle Aquitaine a mis en place un projet de création d’un campus des métiers et des qualifications, dédié aux services à la personne, plus largement à la perte d’autonomie, dans l’objectif de donner de la visibilité à tous ces métiers et du lien à tous les acteurs concernés. Développer les compétences, améliorer le recrutement, accompagner l’insertion professionnelle et encourager les innovations technologiques et sociales (startups) sont les grandes missions de ce campus.

Créer un maillage territorial, être dans l’anticipation et la prospective, favoriser les coopérations entre acteurs économiques, la formation, l’innovation, l’insertion, le décloisonnement, la diversité des acteurs, mutualiser sont les clés de succès pour répondre aux objectifs d’attractivité et de valorisation des métiers du Grand Age.

Des initiatives au-delà des frontières : Afrique, Suède, Brésil et Québec

Cette plénière de clôture avait pour objectif de s’enrichir des expériences internationales.

Le baluchonnage, initié au Québec, est un dispositif de répit et d’accompagnement de longue durée pour les aidants. Baluchon France a pour mission de déployer ce dispositif en France, avec le soutien financier d’AG2R LA MONDIALE. Un baluchonneur remplace l’aidant à domicile pour six jours consécutifs au maximum (24h/24) en prenant soin de la personne aidée. A l’initiative du Ministère de la Santé et du Ministère du Travail, une expérimentation a été lancée en 2019 dans 19 départements, 78 professionnels ont été formés et une vingtaine de baluchonnages ont été réalisés.

La Suède a créé une application, Minnity, qui permet de développer les compétences des professionnels de santé, de mieux cerner les besoins individuels des personnes âgées et de faciliter la communication avec les membres de l’équipe et les familles. Des pilotes sont en cours en Gironde et l’application devrait se déployer d’ici 2021.

Venant du Québec, la démarche SMAF (Système de Mesure de l’Autonomie Fonctionnelle) est une philosophie de soins et d’accompagnement valorisant le maintien de l’autonomie fonctionnelle de la personne âgée ou handicapée. La démarche SMAF utilise des outils pour repérer les personnes en perte d’autonomie, les évaluer, analyser et identifier les besoins de la personne et mettre en œuvre un suivi. A ce jour, l’expérimentation s’est faite dans 3 départements de la Nouvelle Aquitaine auprès de 24 établissements, 334 personnes ont été formées et plus de de 420 évaluations ont été réalisées.

La couverture santé étant très faible au Congo et au Sénégal et les personnes âgées en très grande précarité, ces deux pays ont respectivement créé : la 1ère structure privée de soins médicaux et paramédicaux à domicile (AASDPAC, Association d’Aide et de Soins à Domicile pour Personnes Agées du Congo) et une société de services dédiées aux personnes âgées (MAAJI), structure intermédiaire entre l’hôpital et le domicile, à but non lucratif.

Le Brésil, a créé le Front de soutien brésilien aux Ehpad dans l’objectif de réduire la morbidité et la mortalité des personnes touchées par la Covid en Ehpad. Suspension précoce des visites, utilisation de protections individuelles et formation des soignants ont été les principales mesures mises en place. Cette initiative a permis de baisser le taux de décès par Covid dans les Ehpad de 20% au Brésil.

Lancement du Gérontopôle à Limoges

C’est lors du Congrès LONGEVITY que la Nouvelle Aquitaine a annoncé la création de son Gérontopôle à Limoges. Présidée par Michèle Delaunay, ancienne Ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, la création de cette structure régionale est destinée à soutenir tous les projets favorisant le bien-vieillir.

Pour visualiser les replays : https://longevity.idealco.fr

Laisser un commentaire

six − 3 =