A la une

Notoriété Au quotidien

©Domusvi

Soigner l’image de l’établissement

La communication externe est un travail de longue haleine. Un plan d’action doit être défini pour donner une image dynamique et accueillante de la résidence. Voici cinq réflexes à adopter.

 

1. Réaliser un diagnostic

Comment est perçu l’établissement par les résidents, les familles et les partenaires ? Si les enquêtes de satisfaction peuvent vous permettre de recueillir quelques éléments de réponse, il est nécessaire d’établir un diagnostic de vos pratiques actuelles de communication afin de définir un plan d’action. Quelles sont les cibles à atteindre ? Quel message faire passer ? Quelles valeurs de l’établissement mettre en avant ? La contribution du personnel à cette réflexion est déterminante.

2. Soigner vos supports de communication

Le site internet est un outil de communication aujourd’hui essentiel pour faire connaître l’établissement. Toutefois, une mise à jour et un enrichissement réguliers de son contenu sont indispensables. Soignez la mise en page et le graphisme du livret d’accueil.

3. Ouvrir l’établissement vers l’extérieur

Organisez des journées portes ouvertes à destination du grand public ainsi que des événements festifs dans l’établissement. Autant d’occasions de valoriser les actions menées au quotidien pour garantir la qualité de vie des résidents. Nouez des partenariats avec d’autres acteurs du territoire.

4. Faire connaître la vie de l’établissement

Diffusez régulièrement des informations dans la presse locale sur les activités de l’établissement, les projets en cours et la vie des résidents. Communiquez sur la qualité de la prise en charge.

5. Entretenir les locaux

Façades, espaces verts, hall d’accueil… : la première image de l’établissement est extérieure. Un soin particulier doit être apporté à l’entretien du bâtiment mais aussi de l’environnement de la résidence.

 

Une mauvaise réputation persistante

« La maison de retraite semble encore aujourd’hui cristalliser l’échec perçu de la prise en charge du grand âge en France », constate l’édition 2011 du Baromètre grand âge réalisé par TNS Sofres pour la Fédération hospitalière de France. En 2011, 52 % des personnes interrogées déclaraient avoir une mauvaise opinion des maisons de retraite contre 39 % de bonnes opinions. Les classes moyennes supérieures sont les plus critiques (57 % de mauvaises opinions) et les classes moyennes inférieures plus mesurées (52 % de mauvaises opinions pour 38 % de bonnes opinions). « Le fait d’avoir une personne dépendante dans son entourage n’est absolument plus un critère d’amélioration de l’image de ce mode d’hébergement », notent les auteurs de l’étude. Comment expliquer ce déficit d’image ?

L’enquête pointe du doigt les difficultés pratiques inhérentes à ce mode d’hébergement et le blocage « psychologique » à y soumettre ses parents. En effet, pour 97 % des Français, la charge financière est importante et pour 84 % d’entre eux, il n’y pas suffisamment de places disponibles. Pour plus de huit Français sur dix, cette solution d’hébergement est donc dès le départ un choix compliqué.

Enfin, les établissements d’hébergement pour personnes âgées cristallisent dans l’inconscient collectif un sentiment d’abandon des proches. 83 % des Français estiment que les personnes âgées ne souhaitent pas aller en maison de retraite, 77 % que l’on y met ses parents à contrecœur et 37 % que les personnes âgées y sont souvent maltraitées. Le travail à faire sur l’image est donc loin d’être accessoire.

 

Laisser un commentaire

vingt + 4 =