A la une

Banner Ads Top

L’Intelligence Artificielle dans le secteur médico-social des EHPAD 360°, Économie off

Alors que les acteurs de la santé évoquent un intérêt prioritaire de l’Intelligence Artificielle dans le secteur des soins, l’innovation technologique semble porter l’espoir d’une meilleure santé économique pour les secteurs : sanitaire, médico-social et social. Cela n’est non sans conséquence pour l’organisation d’une offre graduée et de la chaine de responsabilités du Parcours de Santé, de Soins et de Vie.

Une évolution sociétale :

Trois domaines d’actions sont susceptibles de porter l’innovation, l’adaptation, l’évolution des sciences et des technologies dans un contexte d’urbanisation et d’environnement à fortes contraintes démographiques :

  • Des progrès citoyens
  • Des progrès institutionnels
  • Des progrès sectoriels


Tout d’abord, l’évolution du Droit des Usagers par la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé a impulsé celle de la qualité et sécurité des soins ; la concertation de l’usager est organisée par le biais des acteurs de la société civile du territoire et de droit représentée par le secteur associatif. La loi de modernisation du système de santé promulguée en Janvier 2016 a favorisé également la démocratie sanitaire et médico-sociale par la qualité du parcours de santé territorial dans une dynamique innovante de concertation et de co-construction avec les usagers & représentants pour définir chaque Projet Personnalisé de Soins et d’Accompagnement. L’usager citoyen se voit prendre progressivement une place centrale et légitime dans son parcours de soins et d’accompagnement au cœur de notre système de santé.
Dans le même temps, l’outil de dialogue citoyen de la vie de la Cité s’organise afin d’anticiper les enjeux de santé : Convenir des ressources, des compétences et des moyens adaptés afin de parvenir à la dignité des défis liés à la perte d’autonomie ; une préoccupation qui appelle la Responsabilisation Sociétale des Organisations et la Promotion de Santé Territoriale.

L’opportunité d’une Gouvernance Publique : Le Plan national « Ma Santé 2022 » s’est décliné par la « Concertation du Grand Age et de l’Autonomie » et fixant son objectif de transformation du système de santé par la qualité et de la pertinence des soins ainsi que la coordination des parcours de soins par le numérique.

Les questions soulevant des modes de prises en charge représentent autant d’opportunités. C’est pourquoi, il semble fondamental d’anticiper le grand âge dans notre modèle de santé et des moyens d’y parvenir avec éthique.

 

La Géronto-technologie : Une orientation stratégique face au défi du vieillissement

Ce futur dépend d’une connaissance économique et sociale, d’une capacité d’innovation, d’une efficacité à créer des environnements intégrant les besoins et attentes des personnes âgées, de la facilité d’accès afin de maintenir l’autonomie de la manière la plus confortable ou encore de compenser des déficiences fonctionnelles le plus dignement. La Géron-technologie se rapporte tant au développement humain qu’au vieillissement visant à la qualité et la durée de vie humaine, c’est-à-dire favoriser la période d’activité et d’intérêt de la vie sociale, en réduisant par conséquent les coûts des soins liés à la fin de vie.

En automne dernier, le gouvernement a annoncé la création d’un « Health Data Hub » avec une mise en place au 1er trimestre 2019 en vue d’un partage de données au service de la Recherche et de l’innovation pour le secteur de la santé. L’Intelligence artificielle est actuellement attendue en Santé.

Les acteurs du système de santé et de protection sociale portent à bout de bras les enjeux de l’autonomie : d’une part, la promotion de santé publique et d’autre part, l’accès à une offre de qualité globale. Les Gestionnaires d’EHPAD, quant à eux, se voient confrontés à envisager une offre médicosociale la plus soutenable mais aussi la plus efficiente.

L’I.A. représente un axe majeur de progrès pour l’EHPAD de demain et sa valorisation en investissements technologiques.

Que peuvent recouvrir ces nouvelles technologies ? : La vie quotidienne des séniors du domicile et jusqu’en EHPAD se voit déjà modifiée par des nouveaux outils et de services ; ce qui améliorera sensiblement les pratiques de l’accompagnement, les conditions d’exercice des professionnels de santé, des intervenants de la proximité, des aidants familiaux, des acteurs la collectivité.

La stratégie des projets institutionnels ne comporte-t-elle pas d’emblée les questions relatives aux ressources technologiques qu’implique l’Intelligence Artificielle vers de nouvelles exigences et de métiers : Big Data, révolutions numériques, Smartphone, E-Santé, Télémédecine, Nouvelles Technologie d’Information et de Communication, Systèmes informatiques, Web Community, Objets connectés, Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur, Robotique, Domotique, Dispositifs médicaux connectés, Détecteur de chutes, Bracelet anti fugue, Capteur et vidéo de surveillance, Serious Games, tablette digitale, réseaux sociaux, Activités connectées de Laboratoires, Radiologie, Pharmacie, téléconsultations gériatriques, capteurs de fréquence cardiaque, Autres.

Un projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé a été déposé devant l’Assemblée national le 13 février 2019. Ce projet a pour objectif de décloisonner les parcours de formation et les carrières des professionnels de santé, une meilleure structuration de l’offre de soins au sein des territoires et développer le numérique dans le secteur de la santé.

L’engagement de l’Union européenne

Face à la Chine et aux Etats Unis, la Commission européenne a annoncé un plan à 20 milliards d’euros d’investissements pour la compétitivité du développement technologique de l’I.A. à l’horizon 2020 en collaboration entre les Etats Membres de l’Union européenne.

L’union européenne souhaite exploiter le potentiel de l’intelligence artificielle pour de secteurs d’intérêts publics tels que la santé, les transports, la sécurité et l’énergie.

La vision stratégique :

  • Stimuler un accroissement des investissements publics et privés
  • Favoriser une disponibilité importante de données indispensables au développement de l’I.A.
  • Développer des compétences d’experts européens de l’I.A.
  • Déterminer les garanties de confiance

En décembre 2018, La « Déclaration de Montréal en I.A. » est signée par plusieurs chercheurs visant à énoncer dix principes pour encadrer le développement de l’intelligence artificielle de façon éthique et responsable :

  1. Principe de bien-être
  2. Principe de respect de l’autonomie
  3. Principe de protection de l’intimité et de la vie privée
  4. Principe de solidarité
  5. Principe de participation démocratique
  6. Principe d’équité
  7. Principe d’inclusion de la diversité
  8. Principe de prudence
  9. Principe de responsabilité
  10. Principe de développement soutenable

Laisser un commentaire

deux + 18 =